• 02 54 32 05 03
  • Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi 15h00 - 17h30

Actualités

Il pleut sur St Julien

Les changements climatiques annoncés vont-ils induire une modification du cycle du pluviomètre de Dédé ? Les dernières études du Centre national de recherche scientifique (CNRS) et du bureau de recherche géologique et minière (BRGM) associés à l'université François Rabelais de Tours, montrent une hausse des températures de 0,3° depuis 1959. En ce qui concerne les précipitations, le changement climatique est moins manifeste en raison de la forte variabilité d'une année sur l'autre. « Courage Dédé, il y a encore du boulot ».

Les relevés de Dédé nous montrent le cumul des pluies sur les vingt dernières années (exprimées en mm ou l/m²)

19951996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 200320042005
625 685 695 785 829 920 840 725 660640435
           
20062007200820092010201120122013201420152016
713853825688787607878720805545738


Le bilan hydrologique moyen sur le bassin de la Loire affiche 813 mm/an. La moyenne des précipitations sur les vingt dernières années à Saint Julien de Chédon est de 747 mm/an, soit 747 l/m². Saint Julien ayant une surface de 9,87 km² il tombe donc en moyenne 7,4 millions de m³ d'eau de pluie sur la commune.

Remontons un peu le temps et imaginez ce qu'aurait relevé Dédé en 1725 :

« L’année 1725 la pluie a commencé vers le huit avril et a duré près de dix mois les bleds icy ont été gastés tellement que la cherté est allée si haut que le blé a esté vendu jusqu’à 22 l.t. (livre tournoi). Les vins ne valoint rien ainsi que les fruits. La pauvreté a été si grande en ce pays ici qu’il y a plus de 100 ans que l’on ne l’avoit veu parreille. »

En revanche, avec l'élévation des températures, la dynamique et l'intensité des crues pourraient s’accroître.

 

La preuve : juin 2016


Une crue c'est une forte augmentation, du débit et de la hauteur d'eau en écoulement d'un cours d'eau. La crue survient souvent après de fortes pluies en amont dans le bassin versant. Après un week-end sous des pluies intenses, plus de 100 mm d'eau sont tombés en 1h30 sur un sol déjà détrempé le cumul de précipitations a atteint 200 mm en fin mai. L'intensité et/ou la durée de la pluie sur un même bassin versant génère par ruissellement et automatiquement une augmentation du débit du Cher. La crue commence alors quand un seuil spécifique à chaque lieu est atteint, puis dépassé. L'ampleur du phénomène dépend aussi beaucoup de la perméabilité et de la saturation en eau des sols. Le maximum de hauteur d'eau est la « pointe de crue », correspondant à un « débit maximal de crue ». Ce vendredi 3 juin le Cher a atteint la côte de 4,28 m à Montrichard, comme en 2003. Avec pour conséquence : maisons inondées, routes et ponts coupés, une économie locale fonctionnant au ralenti… Cette crue est une crue lente, c'est-à-dire que la montée des eaux est supérieure à 12 heures et se produit sur un grand bassin versant.Ces crues se définissent comme vicennales (période de retour de 20 ans environ) et sont donc relativement habituelles pour le Cher. Aujourd'hui une application Internet : Vigicrues permet de suivre en temps réel la variation du niveau des eaux. La décrue, très lente, plus de trois jours, est la baisse du niveau d'eau jusqu'au retour de l'écoulement dans le lit mineur du cours d'eau.

 

Les grandes inondations en val de Cher

Une des crue les plus importante est celle de 1755.
Le registre paroissial de 1772 mentionne : « il est tombé le samedi de devant le dimanche du saint-sacrement par un orage, une gresle qui a fait un tort considérable aux vignes et aus bleds, depuis villiers jusqu'à la Varenne. »
Le 26 août 1782 « il y a eu à six heures du matin une gresle grosse comme des mollettes d'oeufs ».
Le 16 juin 1795, « la gresle s'abat sur la Billette. Cent cinquante-deux boisselées (12 ha 50 a) sont concernées. Ces terres produisent en moyenne six boisseaux par boisselées (1 boisseau = 12,67 l) ».
Les inondations significatives
1856, 1873, 1880, 1885, 1888, 1892, 1910, 1923…2008...
crue de référence actuelle : mai 2001 côte 4,28 m à Montrichard

Sources : 
Météo-France, CNRS, BRGM,
Université François Rabelais,
Archives départementales,
« Autrefois Saint-Julien-de-Chédon » Julien Borel, Jacqueline Suraud,

Contacter la Mairie

Tél : 02 54 32 05 03
Fax : 02 54 32 45 01
Heures d'ouverture : lundi, mardi, jeudi, vendredi de 15h00 à 17h30

Etiquettes ...

Articles - Categories