• 02 54 32 05 03
  • Lundi, Mardi, Jeudi, Vendredi 15h00 - 17h30

Actualités

Un vignoble ancré dans l’histoire

La vigne est présente en Touraine, dès le IIe siècle. L’Église s'intéresse à la viticulture, et c'est à l'époque de Saint-Martin (IVe siècle) que le vignoble de l'Est Tourangeau prend forme auprès de florissantes abbayes telles Marmoutier ou le prieuré de Mesland.

C'est au Moyen-âge que la vigne apparaît sur le domaine de Chédon. Lpaes moines de Saint-Julien de Tours défrichent la forêt et plantent de la vigne. La proximité des cours d’eau joue un rôle important dans le développement du vignoble. Le Cher est une des voies de communication qui favorise le transport. L’ arrêt du Parlement de Paris de 1577 interdit aux cabaretiers, taverniers et marchands de vins parisiens de s’approvisionner dans des vignobles situés à moins de 20 lieues (88 km) de la capitale. Ce débouché, profite à la Touraine et grâce au réseau fluvial et à la qualité de ses vins, notre région devient alors l'un des principaux fournisseurs de la région parisienne.vigne01

A la fin du XIXe siècle la vigne est à son apogée en Touraine. Cependant, malgré la crise phylloxérique (apparue en Touraine vers 1880) qui a diminué considérablement les surfaces plantées en vignes, la surproduction de vin est générale en France et même en Touraine au début du XXe siècle. Le salut ne peut venir que de la qualité. La culture de la vigne est abandonnée sur les terrains inadaptés. La délimitation est instaurée en 1919 puis la notion de cépages est introduite dans « l'aire de production » en 1927. L’appellation Touraine est reconnue dès 1939. Les années 70 à 80 ont été marquées par une réelle reconversion du vignoble qui s'est traduite par des arrachages importants de vignes productrices de vins de table entraînant une diminution de près de 50% des volumes de vins produits en Loir-et-Cher. Des plantations de cépages traditionnels, le Sauvignon, le Chenin en blanc, le Gamay, le Cabernet et le Côt en rouge, reprennent pieds sur les coteaux ; ce qui a eu pour conséquence une augmentation des volumes produits en appellations d'origines contrôlées (AOC) , 50% en 1985 contre 6% en 1970. Cette reconversion a conduit les vignerons à un changement radical des techniques à la vigne et une amélioration des techniques de vinifications. Pour la valorisation et la commercialisation des vins en AOC, l'option prise par les vignerons et le syndicat d'appellation dans les années 70, a été l'indication sur l’étiquetage du nom de cépage avec une notoriété portant alors sur : Touraine cépage Sauvignon - Touraine cépage Gamay... Au début des années 80, dans un souci fédérateur et souhaitant sortir de la notoriété « Touraine cépage », un groupe de professionnels a travaillé sur les assemblages des cépages rouges de l’appellation Gamay, Cabernet et Côt, en collaboration avec le négoce local.

Ces dernières années les vignerons tourangeaux se sont sensibilisés à la notion de terroir, fondement de l'appellation. C’est pourquoi différentes études ont été lancées sur les communes viticoles par la Chambre d'agriculture 41 en partenariat avec le syndicat afin de répondre à leur attente. Cette stratégie globale, menée de pair avec l'institut national des appellations contrôlées (INAO), vise à mettre en place une hiérarchisation au sein de l’appellation Touraine. Elle permet de distinguer à ce jour 4 terroirs : Chenonceau, Chaumont sur Loire, Oisly et Seuilly. Un travail technique important a été réalisé sur chaque terroir afin de définir des conditions de production spécifiques et plus restrictives que celle de l’AOC Touraine.

Source : Interloire, Union de la sommellerie française (UDSF), Chambre d'agriculture 41

Contacter la Mairie

Tél : 02 54 32 05 03
Fax : 02 54 32 45 01
Heures d'ouverture : lundi, mardi, jeudi, vendredi de 15h00 à 17h30

Etiquettes ...

Articles - Categories